.::Rodent::.
 

Une histoire vraie

Rattes comme mères-nourricières

© Eddy Van Hoorebeke


De façon tout à fait inattendue…Après une longue période de calme un trio de Grandes Gerbilles Égyptiennes (Gerbillus pyramidum) se mirent à se battre sérieusement. L’une des femelles avait une nichée de 5 jeunes d’environs dix jours, l’autre allait mettre bientôt bas. Cela aboutit en une querelle afin de connaître qui aurait la domination du gerbillarium. Nous avons été obligé de séparer les deux dames, et avons choisi de laisser la femelle gravite chez le mâle dans le but de la laisser saillir dès la naissance des jeunes. La femelle restante et ses jeune furent mis provisoirement dans une boîte de transport. Pendant la nuit, elle réussit à ouvrir sa porte et s’enfuit. Notre jeune chat noir fut naturellement fort intéressé par ce jouet, et réussit à attraper notre femelle de gerbille. Inévitablement, le chat l’égorgea et l’apporta en cadeau à notre fauteuil. Le cadeau ne fut pas apprécier. Nous étions désespéré, car ne savions que faire de bébés gerbilles âgés de 10 jours. Il était impossible de les élever au biberon, on était au désespoir car étant donné que cette sorte est très rare, nous désirions tenir les jeunes.

Tout-à-coup, nous vint une idée….

Nous avions remarqué comme nos rattes étaient sociables avec les jeunes de chacune sans exception et qu’elles ne votaient pas d’inconvénients à ce que les jeunes d’une mère allaient téter chez l’autre et inversement. Les jeunes n’avaient pas nécessairement le même âge, certaines mères se retrouvaient allongées, bienheureuses, avec des bébés de quelques jours à quelques semaines serrés contre ses mamelles…

Avec cette image dans la tête, nous avons risqué le tout pour le tout et nous avons mis doucement les petites gerbilles dans la cage d’une ratte avec des petits.

Ce qu’on espérait, arriva. Maman-rat regarda un peu étonnée vers de tels bébés malformés à ses yeux, mais fut vite dans tous ses états afin de ramener les petits fuyards à chaque fois dans le nid sécurisant et chaud.

Après environs trois jours, nous avons perdu l’une des petites gerbilles, mais il s’agissait d’un jeune retardataire, qui serait probablement aussi mort s’il était resté chez sa mère.

Après quelques jours, les petites gerbilles courent les yeux ouverts dans toute la cage avec un plaisir de vivre évident. C’est unique de les voir.

Au moment des repas, on voit la maman-rat couverte de sept petits rats d’un côté avec de l’autre côté quatre petites gerbilles qui se repaissent du délicieux lait de maman (nourrice)…

.::Rodent::.

 

Copyright 2003 Rodent